Exposition La Recherche de l'Art#5

29/06/2016

Du 04 juillet 2016 au 25 septembre 2016 - Arles. Des étudiants en photographie exposent les œuvres que leur ont inspiré les laboratoires de l'Inserm. Pour la 5e année, la Recherche de l'art offre une vision originale, où art et science se mêlent et s'entrechoquent sur le thème "De l'homme soigné à l'homme augmenté".

Vient de paraître

24/06/2016

La Nouvelle Microbiologie Des microbiotes aux CRISPR aux éditions Odile Jacob, de Pascale Cossart, directrice du laboratoire de recherche Inserm U604 "Interactions bactéries-cellules" à l'Institut Pasteur.

Les « microbes » ne sont plus ce qu’on pensait qu’ils étaient !

Pierre Ronco nommé membre d'honneur de la Société japonaise de néphrologie

24/06/2016

Pierre Ronco, directeur de l'unité mixe de recherche U1155 Inserm / Université Pierre et Marie Curie "Des maladies rénales aux maladies fréquentes, remodelage et réparation", a été nommé membre d'honneur lors du 59e congrès annuel de la Société japonaise de néphrologie.

Mathieu Buonafine remporte la finale 2016 de ma thèse en 180 secondes

20/06/2016

Mathieu Buonafine, doctorant au Centre de Recherche des Cordeliers, a remporté le premier prix du jury avec sa thèse "Etude du rôle de la Neutrophil Gelatinase Associated Lipocalin dans les effets cardiovasculaires de l'activation du récepteur minéralocorticoïde".

L’anorexie : plaisir de maigrir plutôt que peur de grossir

07/06/2016

Une étude de l’Inserm, de l’université Paris Descartes, et du Centre Hospitalier Sainte-Anne suggère que l’anorexie mentale ne serait pas expliquée par une peur de prendre du poids, mais par le plaisir d’en perdre… et cela serait génétiquement influencé. Publiée dans Translational Psychiatry, cette étude dirigée par le Pr Gorwood, chef de service de la Clinique des Maladies Mentales et de l’Encéphale, remet en question la notion de peur de prise de poids chez les patients anorexiques.

VIH : Identification de récepteurs clés de la réponse immunitaire chez les patients contrôlant spontanément l’infection

19/05/2016

Les chercheurs de l’Institut Pasteur et de l’Inserm ont observé chez un petit nombre de patients infectés par le VIH, rassemblés au sein de la cohorte ANRS CO21 CODEX, que leurs cellules immunitaires T CD4+ ont la capacité de reconnaître des quantités minimes de virus. Cette détection particulièrement sensible dépend de l’expression de récepteurs T spécifiques situés à la surface des cellules immunitaires, ciblant avec une haute affinité la protéine de capside du VIH. L’expression préférentielle de ces récepteurs pourrait permettre le maintien du système immunitaire en état d’alerte constant, et contribuer ainsi au contrôle du VIH.

Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes