Global Drug Survey : prolongation de l'enquête internationale jusqu'au 20 juin !

13 mai 2020

Comment la pandémie Covid-19 affecte notre vie quotidienne, nos rapports interpersonnels, notre santé mentale, notre bien être, mais aussi notre consommation d'alcool et de drogues ? Pour répondre à ces questions, une enquête vient d’être lancée à l’échelle internationale par la Global Drug Survey, société de recherche indépendante basée à Londres.

Cette enquête est réalisée sous la direction du Pr Adam Winstock, psychiatre consultant en addictions et responsable clinique de l’addiction pour les prisons de Londres. La référente de l'enquête en France est Marie Jauffret-Roustide, sociologue et chercheuse Inserm au Cermes3 (unité Inserm 988 / CNRS / EHESS / Université de Paris).

Une enquête scientifique internationale

Afin de mieux comprendre les impacts du Covid-19 sur la vie quotidienne et la consommation de drogues et d’alcool, les scientifiques invitent toutes celles et tous ceux qui le souhaitent à participer à l'Edition Spéciale de la Global Drug Survey sur le Covid-19. Cette enquête est l'une des plus grande enquête sur les drogues qui regroupe chaque année 130 000 participants dans plus de 20 pays dont la France. Répondre à ce questionnaire nécessite 10 à 15 minutes, et un peu plus de temps en fonction des niveaux de consommation récents de drogues et alcool.

Si vous souhaitez participer à l'enquête, veuillez remplir le questionnaire avant le 20 juin !
Pour participer à l'enquête de la Global Drug Survey, c’est par ici.

Les résultats intermédiaires de l'enquête

Les résultats intermédiaires de la Global Drug Survey (GDS)-spéciale Covid 19 viennent de tomber : trois semaines après son lancement, cette enquête a déjà réuni plus de 40 000 participants dans 12 pays, dont plus de 6 000 répondants français. L’enquête espère atteindre 100 000 participants et 10 000 en France d’ici la mi-juin. La consommation d’alcool a légèrement augmenté en nombre de jours dans la semaine (47% des français ont augmenté un peu ou beaucoup le nombre de jours de consommation dans la semaine), mais les conduites excessives de cinq verres ou plus en une occasion ont régressé pour  37% d'entre eux.

La spécificité française réside dans l'usage des benzodiazépines, les anxiolytiques. Selon les résultats préliminaires de la GDS, 41 % des Français ont augmenté leur consommation de ces produits psychotropes (la plus forte augmentation par rapport aux autres pays de l’enquête) durant la pandémie. Pour le cannabis, les tendances sont moins marquées, mais les participants ne semblent pas avoir été confrontés à une pénurie. Un quart des fumeurs de cannabis déclare avoir augmenté sa consommation pour gérer le stress lié à la pandémie, dans des proportions comparables à l'alcool.

Et après, pourquoi ne pas faire partie d'une cohorte ?

A l’issue du questionnaire, si vous le souhaitez, vous pourrez rejoindre une cohorte de la Global Drug Survey, en répondant à un questionnaire tous les 30 jours pour mettre à jour les évolutions de consommation dans cette situation de pandémie. Les cohortes sont en effet essentielles à la recherche épidémiologique et en santé publique, puisqu’elles sont constituées d’un ensemble de personnes suivies individuellement dans le temps, et visent à identifier la survenue d’événements de santé d’intérêt et des facteurs de risque ou de protection s’y rapportant. 

Découvrez de nombreuses autres enquêtes

Retrouvez également les nombreuses enquêtes des scientifiques de l'Inserm en lien avec le Covid-19 et le confinement par ici. N'hésitez pas à participer : en répondant à ces enquêtes, vous contribuez directement à faire avancer les connaissances scientifiques.


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes