Hommage à Yves de Keyser

24 juillet 2017

Yves de Keyser, directeur de recherche Inserm dans l'équipe "Contrôle de la croissance cellulaire par les nutriments" à l'Institut Necker Enfants Malades - INEM U1151 (Inserm/CNRS/Paris Descartes), est décédé le 11 juillet 2017.

Durant toute sa carrière depuis les années 1980 jusqu’à présent, Yves a marqué par sa curiosité et affabilité plusieurs laboratoires des sites Cochin et Necker à l’Université Paris Descartes.

Pendant sa formation doctorale et post-doctorale, Yves de Keyser a travaillé avec les Professeurs Axel Kahn et Xavier Bertagna et identifié en utilisant les premières techniques de biologie moléculaire, l’expression d’éléments clés de la fonction neuro-endocrinienne. La caractérisation de la pro-opiomélanocortine comme précurseur de l'hormone adrénocorticotrope (ACTH), sa régulation transcriptionnelle dans les tumeurs neuroendocriniennes, l’identification des récepteurs à la vasopressine qui influencent la production d’ACTH : voici quelques découvertes majeures qui lui valent l’intégration à l’Inserm et sa promotion au grade de Directeur de Recherche. Yves de Keyser s’est ensuite lié d’amitié avec son voisin de paillasse, le Prof Arnold Munnich, qu’il décide de suivre à Necker en 2007 pour travailler sur les altérations génétiques de nombreux troubles métaboliques chez l’enfant. Avec Pascale de Lonlay, il identifie les mutations et analyse leur influence sur le métabolisme. C’est une collaboration sur la déficience en lipine1, entrainant chez les enfants des rhabdomyolyses sévères, qui le fait intégrer en 2013 l’équipe de Mario Pende pour développer des études fonctionnelles de signalisation. A l'INEM, Yves de Keyzer était aussi responsable scientifique de la plate-forme de production de vecteurs viraux.

Dans sa carrière, Yves de Keyser a ainsi été l’un des premiers à comprendre la nécessité de maitriser plusieurs domaines scientifiques pour faire avancer nos connaissances. Biologie moléculaire, génétique, métabolisme, physiopathologie : sa grande curiosité intellectuelle l’incitait toujours à prendre des nouvelles approches, il pouvait passer des heures à discuter de science pour mieux connaitre la biologie et les scientifiques qui l’étudient. Pour cela, Yves pratiquait tous les jours la philosophie, c’est-à-dire l’amour de la connaissance et des gens qui l’entouraient. Il était d’une gentillesse extraordinaire, toujours à l’écoute, toujours respectueux. Avec lui à nos cotés on se sentait chaque jour un peu plus important et serein. Même ces derniers mois alors qu’il luttait contre la maladie, il était toujours plein d’attention pour les aide-soignants, les médecins, les collègues, les étudiants qui restaient à ses côtés. Nous souhaitons rendre hommage à ce scientifique aimable et curieux, et assurons sa famille et ses proches de nos très sincères condoléances.


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes