iBox : premier outil universel de prédiction du risque de perte de rein greffé basé sur l’IA

01 octobre 2019

Au « Centre d’expertise de la transplantation multi-organe », dans l’unité Inserm 970 / Université Paris Descartes (Paris Centre de Recherche Cardiovasculaire, PARCC), le Pr. Alexandre Loupy a coordonné une étude internationale ayant permis d’élaborer et de valider iBox, le premier algorithme universel de prédiction du risque de perte de rein greffé. Cet outil de prédiction permet d’améliorer non seulement le suivi des patients, mais aussi d’accélérer le développement de nouveaux traitements. Les résultats de ces travaux ont été publiés dans la revue British Medical Journal.

Le contexte

A échelle mondiale, une personne sur dix est concernée par la maladie rénale, un chiffre en augmentation continue. Bien que la transplantation rénale soit privilégiée dans le traitement de l’insuffisance rénale chronique terminale, plus de la moitié des patients restent traités par dialyse. Outre le coût très important, le taux de rejet tardif de greffons suite à une transplantation demeure par ailleurs aussi important que celui enregistré il y a 20 ans.

Plusieurs organismes de réglementation (European Medicines Agency, Food and Drug Administration…) ont par ailleurs déjà souligné la nécessité de développer un outil capable de prédire la survie à long terme du greffon. Un tel outil faciliterait les interventions thérapeutiques, la prise de décision et le déroulement des essais cliniques.

L’étude

Dans ce cadre, deux équipes de l’hôpital Necker-Enfants Malades et de l’hôpital Saint-Louis (AP-HP, Université de Paris) ont mené au sein de l’équipe Centre d’expertise de la transplantation d’organe (unité Inserm 970 / Université Paris Descartes, PARCC), un important travail collaboratif sous la coordination du Pr Alexandre Loupy.

Ce travail de recensement a permis d’inclure les paramètres cliniques, histologiques, immunologiques et fonctionnels de milliers de patients suivis sur plus de dix ans après une transplantation rénale, en Europe et aux Etats-Unis. Parmi eux, huit paramètres associés au risque de perte de rein greffé dans les dix ans ont été identifiés et ont permis de générer iBox, un algorithme de prédiction du risque propre à chaque patient.

Testé et validé sur plus de 7 500 patients, les prédictions de cet outil sont très fiables quels que soient le système de santé, la situation clinique, l'intervention thérapeutique ou le traitement du patient. L’iBox peut donc fournir aux praticiens un outil d’aide à la décision médicale utilisable au lit du patient et dans les scénarios les plus courants rencontrés en transplantation.

Pour le Pr Loupy, « l’utilisation d’iBox pourrait avoir un impact important non seulement sur la qualité de vie de chaque patient, mais aussi sur la survie à long terme des greffons ». L’outil devrait être déployé en fin d’année dans deux centres hospitaliers pilotes.

Les perspectives

Les variables utilisées dans iBox étant facilement accessibles après transplantation font de cet algorithme un outil aisément adaptable à la pratique clinique courante. Un déploiement à l’échelle internationale dans la majorité des centres de greffe rénale pourrait ainsi être envisagé. Une prochaine étape serait d’inclure l’utilisation d’iBox de façon automatique dans les dossiers médicaux électroniques.

A l’heure actuelle, la recherche clinique en transplantation est très réduite, essentiellement parce que l’indicateur de succès de toute nouvelle thérapie est l’allongement de la durée médiane de vie des greffons, aujourd’hui de sept ans.

En permettant de prédire le devenir à long terme d’un greffon de manière fiable, l’utilisation de l’iBox pourrait aussi réduire la durée des études et ainsi relancer les essais cliniques en transplantation en réduisant significativement leur coût.

Ces travaux font écho à une étude récemment publiée par Alexandre Loupy comparant les systèmes d’allocation de greffons rénaux aux Etats-Unis et en France. Les résultats, édifiants, ont fait l’objet d’une importante couverture médiatique outre-Atlantique.

FOX News : US throws away 3,500 donated kidneys each year: report

New York Post : US throws away thousands of kidneys despite donor shortage : study

Références


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes