L’interleukine 7 : un adjuvant efficace de vaccination muqueuse ?

06 avril 2021

L’équipe de Rémi Cheynier (Unité Inserm 1016, CNRS, Université de Paris) à l’Institut Cochin a exploité une propriété méconnue de l’interleukine 7 (IL-7) pour développer une approche originale de vaccination muqueuse. Dans une étude parue dans Frontiers in Immunology, l’équipe montre l’impact que peut avoir l’IL-7 sur l’efficacité de la vaccination.

Les résultats

La plupart des infections virales et bactériennes commencent par l’entrée de l’agent pathogène via les muqueuses. Afin de protéger efficacement contre ces infections, la construction d’une barrière immunologique à la surface de ces muqueuses permettrait de bloquer les pathogènes. Malgré de nombreuses tentatives, l’absence d’adjuvant muqueux efficace rend infructueuses les approches de vaccination locale visant à induire une immunité muqueuse protectrice. Il est donc primordial, pour protéger la population contre ces infections, de développer des adjuvants permettant d’augmenter la réponse immunitaire induite par une vaccination par voie muqueuse.

Dans cette étude, l’équipe a testé la capacité de l’IL-7 à induire, dans l’appareil génital féminin, les conditions favorables au développement d’une telle réponse immunitaire lors d’une administration locale d’antigènes. Les interleukines sont des protéines produites par le système immunitaire et font office de médiateurs entre les différentes cellules impliquées dans la réponse immunitaire.

Ces travaux sont basés sur la découverte, par l’équipe, d’une fonction secondaire de l’IL-7 qui, en plus de réguler le nombre de lymphocytes T dans l’organisme, est un signal de danger déclenché par l’infection des muqueuses. l’IL-7 produite en réponse à la prolifération du pathogène dans les muqueuses infectées permet le recrutement des cellules de l’immunité dans ces tissus dès les premiers jours suivant l’infection.

L’équipe démontre qu’appliquée par spray directement sur la muqueuse vaginale de singe, l’IL-7 est très efficace pour y stimuler une augmentation de la production de chimiokines, avec comme conséquence le recrutement de tous les acteurs cellulaires de l’immunité dans le tissu. Grâce à ce recrutement, l’administration d’un antigène 48h après celle de l’IL-7 déclenche une réponse immunitaire muqueuse plus précoce et plus forte que chez les singes contrôles. De façon intéressante, cette réponse est préférentiellement localisée dans la muqueuse vaginale. Finalement, la mise en évidence de structures lymphoïdes nombreuses et riches en lymphocytes B et connues pour jouer un rôle majeur dans le développement des réponses immunes muqueuses dans la muqueuse vaginale des singes traités avec l’IL-7 confirme son effet adjuvant.

De par sa capacité à stimuler le développement d’une immunité muqueuse forte contre un antigène spécifique, l’IL-7 pourrait être utilisée comme adjuvant de vaccination muqueuse, permettant ainsi d’induire une protection efficace contre les infections par voie sexuelle.

Légende

Chez le macaque rhésus, l’administration d’IL-7 sur la muqueuse vaginale stimule la production locale de chimiokines (A) et l'attraction des cellules immunitaires vers cette muqueuse (B). Le traitement de la muqueuse vaginale à l’IL-7 préalablement à une immunisation par pulvérisation locale d’un antigène (DT) permet de générer des follicules lymphoïdes (D) contenant des plasmocytes à IgA spécifiques de DT (C) dans la muqueuse vaginale. Les anticorps spécifiques de DT sont détectables dans les sécrétions vaginales des macaques immunisés par voie muqueuse, après traitement local à l’IL-7 (E).

Références

IL-7-Adjuvanted Vaginal Vaccine Elicits Strong Mucosal Immune Responses in Non-Human Primates

Institut Cochin

Contact chercheur : remi.cheynier@inserm.fr


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes