Les Apprentis Chercheurs en Ile-de-France – Épisode 4 : l’hôpital Lariboisière

23 mai 2018

Notre quatrième visite de laboratoires Inserm accueillant des Apprentis Chercheurs nous amène à l’hôpital Lariboisière de Paris. Nous y avons rencontré les binômes (tous issus du collège et lycée Condorcet) encadrés au sein des unités Inserm 942 et 1132 (Inserm / CNRS / Université Paris Diderot). Claude Delcayre, directeur de recherche émérite CNRS, est en charge de cette organisation.

À noter que l’unité Inserm 1152, sur le site de l’hôpital Bichat, accueille également des élèves sous la coordination de Séverine Létuvé, maître de conférences et chercheuse dans l’unité.

Mieux comprendre le syndrome cardio-rénal

Tom (1ère), Héloïse et Eiji (3ème) étudient avec Jane-Lise, directrice de recherche dans l’U 942 dirigée par le Pr Alain Cohen-Solal, les biomarqueurs capables de diagnostiquer chez un individu l’existence, et de comprendre les mécanismes, d'un syndrome cardiorénal (insuffisance conjointe des fonctions cardiaque et rénale chez un individu, une thématique conduite par Matthieu Legrand, PU-PH dans l'unité). Ils se concentrent particulièrement sur la détection de la galectine-3, une protéine secrétée par les macrophages et augmentée dans le cœur, ce qui en fait un biomarqueur potentiel de détection précoce d’une fibrose cardiaque.

Dans ce cadre, le binôme a pu manipuler une multitude d’appareils et réaliser plusieurs expériences courantes dans le laboratoire : dosage des protéines et leur marquage par immunofluorescence, Western blot… et même la réalisation de l’échographie d’un cœur malade !

Une aubaine pour Tom, qui aspire « depuis tout petit à devenir chercheur » de ses propres mots. Être Apprenti Chercheur lui a permis de satisfaire sa curiosité et son envie de découvrir la vie en laboratoire, bien qu’il admette être « frustré de ne pas pouvoir suivre l’ensemble des expériences du début à la fin », timing serré oblige !

Jane-Lise, qui apprécie la curiosité des apprentis, se déclare même « très surprise par le haut niveau de réflexion et des questions posées des élèves ». Un niveau qui les aidera très certainement à préparer leur intervention lors du congrès final.

Explorer une piste de guérison de l’arthrose

Sur un tout autre sujet, Maylis (1ère), Côme et Roxane (3ème), s’intéressent en compagnie de Yohan (doctorant dans l’équipe de Martine Cohen-Solal, directrice de l’U 1132), à l’arthrose, pathologie articulaire causée par une destruction du cartilage, souvent invalidante. L’univers de la recherche n’est pas inconnu par tous, l’un des parents de Maylis étant chimiste en laboratoire.

Leur projet consiste à identifier sur un modèle murin atteint d’arthrose dans les genoux, le gène codant pour la protéine d’intérêt lin28, dont les propriétés régénératrices sont envisagées pour favoriser la reconstruction du tissu cartilagineux. Au programme : migration d’ADN par électrophorèse, coupes, coloration et mise en relief d’échantillons biologiques, ou encore l’utilisation d’une centrifugeuse.

Conquis, les Apprentis expliquent être contents de manipuler à un niveau plus soutenu que ce qu’ils font en travaux pratiques en classe, avec du matériel de meilleure qualité et surtout, sur des projets concrets. C’est sans hésitation qu’ils recommanderont à leurs camarades de classe de candidater l’an prochaine !

Pour Yohan, le challenge est d’arriver à rester clair et transmettre des informations parfois complexes avec des mots simples. Un exercice auquel il est régulièrement confronté lors des travaux dirigés qu’il donne à des étudiants en université.

Des liens entre la croissance osseuse et le cancer du sein

La troisième équipe participant aux Apprentis Chercheurs est dirigée par Sylvain Provot, qui s’intéresse aux liens existants entre cancer du sein et la croissance des os. Ce sont Samy (1ère) et Laura (3ème) qui y sont encadrés.

Tous les deux aimeraient se diriger vers la médecine par la suite, et se disent ainsi motivés par la découverte du monde en laboratoire : « Ce sera forcément un avantage pour la suite, en plus d’être une vraie aventure où l’on apprend beaucoup ».

Ils confient cependant qu’il est « parfois décevant de devoir recommencer plusieurs fois la même expérience sans obtenir les résultats que l’on cherche… on imagine que les chercheurs doivent être super contents quand ça fonctionne ! »

Une situation qui fait en effet partie des aléas de la vie en laboratoire et à laquelle les Apprentis sont désormais sensibilisés.

Le mot de la fin

Avec les Apprentis Chercheurs, ce sont une nouvelle fois la motivation des élèves et l’investissement et la volonté des équipes de recherche qui sont mises à l’honneur. Une belle aventure d’initiation à la recherche qui se finalisera le 6 juin prochain, lors du congrès au cours duquel ils présenteront leurs projets devant leurs familles, enseignants et encadrants.

Notre cinquième et dernière visite des laboratoires Inserm participants nous emmènera à l’Institut Mondor de Recherche Biomédicale (IMRB) de Créteil !

Références

U 942 - Biomarqueurs cardiovasculaires (Inserm / Université Paris-Diderot)

U 1132 – Biologie de l’os et du cartilage (Inserm / CNRS / Université Paris-Diderot)

U 1152 – Physiopathologie et épidémiologie des maladies respiratoires (Inserm / CNRS / Université Paris-Diderot / AP-HP)

Le dispositif Apprentis Chercheurs de l’Arbre des Connaissances


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes