UMR 976

Unité mixte de recherche 976 - Immunologie, dermatologie, oncologie

Directeur : Armand Bensussan

Hôpital Saint-Louis
1 avenue Claude Vellefaux
Pavillon Bazin
75475 Paris Cedex 10
Téléphone : +33 (0)1 49 81 35 13 / +33 (0)1 49 81 35 13

Equipes de recherche

Cette structure n epossède qu'une seule équipe de recherche

Projet scientifique

Le projet de recherche du laboratoire est dans la continuité des travaux réalisés dans les unités INSERM 448 et 659 (Directeur : Armand Bensussan) où des immunologistes fondamentalistes, des biologistes hospitaliers et des dermatologues cliniciens ont travaillé ensemble sur des thématiques relevant de l'immuno-dermato-oncologie. Nos travaux ont pour but de définir, le plus souvent à l'aide d'anticorps monoclonaux, des cibles diagnostiques et thérapeutiques originales. Au fil des années, la thématique s'est renforcée grâce à l'arrivée ou au recrutement de nouveaux chercheurs. Les thèmes développés sont :

  • Identification et caractérisation des récepteurs membranaires et des anomalies de la signalisation dans les tumeurs cutanées (lymphomes T et mélanomes)
  • Identification et fonction des populations cellulaires présentes dans les toxidermies graves et autres maladies inflammatoires cutanées.
  • Identification moléculaire et fonctionnelle de récepteurs spécifiques des lymphocytes NK normaux et tumoraux

Initialement, l'intérêt pour les tumeurs lymphoïdes T CD4 + cutanées (Syndrome de Sézary) a été suscité par la possibilité d'accès à ces cancers rares et le peu d'informations disponibles concernant leur caractérisation phénotypique, moléculaire et fonctionnelle. Nous avons ainsi décrit biochimiquement et fonctionnellement à la surface de ces cellules malignes le récepteur KIR3DL2 et d'autres récepteurs impliqués dans la physiopathologie de cette maladie. Depuis peu, nous nous intéressons aussi aux anomalies de la signalisation dans les mélanomes grâce au recrutement d'un nouveau chercheur CR1 INSERM et à l'accès aux prélèvements de patients hospitalisés dans le service de dermatologie de l'hôpital de l'hôpital Saint Louis. Par ailleurs nous travaillons depuis de nombreuses années sur la caractérisation fonctionnelle de nouvelles sous-populations lymphocytaires identifiées par l'expression unique d'une combinaison de récepteurs membranaires. Ainsi le récepteur CD160, spécifique des molécules du CMH de classe Ia/Ib et que nous avions identifié à la surface des lymphocytes NK cytotoxiques CD56 dimCD16 + du sang, est exprimé à la surface des lymphocytes T CD8 + cytotoxiques spécifiques du médicament, que nous avons décrits dans les liquides de bulles du syndrome, de Lyell et à la surface des lymphocytes T CD4 + cutanés isolés de biopsies de psoriasis. Concernant le syndrome de Lyell nous envisageons de déterminer avec précision l'ensemble des acteurs cellulaires et moléculaires responsables de la destruction massive des kératinocytes. Pour le psoriasis, nous allons étudier les contributions respectives des populations lymphocytaires T CD4 + Treg (CD25 ++FOXP3 +), TH17 (IL-23R +CCR6 +)et cytotoxiques CD160 +. Toujours dans les maladies inflammatoires cutanées, nous comptons étudier le rôle de CD160 soluble sécrété par les mastocytes. Enfin, nous allons travailler sur les lymphomes NK/T en étudiant l'isoforme transmembranaire du récepteur CD160, les formes membranaire et soluble de la PCDH15 et enfin les fonctions des protéines du virus EBV.

^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes